Etudes de cas

À Sellafield, nous relevons un défi historique

À Sellafield, au Royaume-Uni, Veolia Nuclear Solutions a développé des outils pour tester l'extraction à distance du combustible et des isotopes du réacteur Pile 1 de l'installation de Windscale. Un partenariat a été conclu avec l'United Kingdom Atomic Energy Authority (UKAEA, autorité britannique de l'énergie atomique) pour fournir des services d'ingénierie afin d'aider à accélérer la décontamination et le démantèlement du réacteur. 
 

Un système robotique de pointe pour relever un défi de plusieurs décennies

En octobre 1957, la Grande-Bretagne a connu le pire accident nucléaire de l'histoire du pays quand un incendie dévastateur s'est déclenché dans le réacteur Pile 1 de l'installation de Windscale. Les travailleurs ont alors lutté pour confiner le brasier qui a brûlé pendant trois jours et provoqué la propagation de volutes de contamination radioactive au Royaume-Uni et dans une grande partie de l'Europe. Une fois les fumées dissipées, il était évident qu'un site réputé pour son innovation – il s'agissait à l'origine du site du projet de bombe atomique britannique – allait devenir un site complexe et ardu à assainir pour les années qui suivirent.

Plusieurs décennies plus tard, en 2005, l'UKAEA (United Kingdom Atomic Energy Authority) a demandé l'expertise reconnue de notre équipe d'accès pour lui fournir des services d'ingénierie pour l'aider à accélérer la décontamination et le démantèlement du réacteur Windscale Pile 1. Ils ont dû relever un défi considérable : comment accéder en toute sécurité au combustible radioactif consumé et l'extraire, dans la mesure où il se trouvait dans un bouclier de béton de protection autour du réacteur Pile 1 suite à l'incendie de 1957.
 

Résultats:

  • Pour relever le défi de l'extraction à distance du combustible nucléaire consumé du réacteur Pile 1, nous avons travaillé main dans la main avec l'UKAEA et notre partenaire CH2M Hill pour concevoir un système robotisé personnalisé et tester son efficacité dans des environnements fictifs.
  • Pour cette portion du projet, nous avons mis au point un rapport d'ensemble de sécurité et d'environnement « virtuel », avec des animations visant à expliquer la stratégie de démantèlement. Nous avons remporté le prix de l'innovation décerné par l'UKAEA pour cette approche novatrice de la communication au sujet de ce projet complexe.


Et maintenant...

À présent que la conception, le prototypage et les essais sont terminés, le travail devrait reprendre sur le projet de démantèlement des réacteurs Piles de Windscale au cours des prochaines années. Nous concevons et nous testons des données pour apporter une référence de qualité pour le projet, afin de le relancer quand les travaux de la prochaine phase débuteront.

Au cours des prochaines étapes, les matériaux du réacteur seront extraits au moyen de différents outils distants composés d'outils de découpe mécanique et de manipulation des matériaux. Une structure de confinement pour le traitement des déchets sera mise au point pour inclure la séparation en fonction de la taille, le pesage, l'encapsulation, le conditionnement, la stabilisation des déchets, l'operculage et le chargement dans des flacons blindés pour le transport et le stockage – conformément à nos recommandations.

> Pour en savoir plus sur les solutions d'accès à distance (Remote Access Solutions)

 

Une installation de vitrification des déchets GeoMelt® pour NNL à Sellafield, R.-U.

En plus de cette solution d'accès à distance, en partenariat avec le laboratoire nucléaire national (NNL) de la NDA, nous avons installé un système de vitrification GeoMelt® à Sellafield, pour la stabilisation des déchets nucléaires. Ce système a été mis en service et a commencé le traitement des déchets radioactifs en 2016.
 
Nous avons installé et mis en service une installation de vitrification GeoMelt® In-Container Vitrification (ICV)™ au laboratoire central du National Nuclear Laboratory (NNL) sur le site de Sellafield au Royaume-Uni. Sellafield est l'ancienne installation de production de plutonium de la première centrale nucléaire du R.-U. et est actuellement une usine de retraitement du combustible nucléaire et un site de démantèlement nucléaire.
 
Notre technologie de vitrification des déchets GeoMelt® est utilisée à des fins commerciales depuis les années 1990 pour le traitement des déchets radioactifs et dangereux aux États-Unis, au Japon et en Australie. L'installation de l'usine GeoMelt® apporte désormais la technologie GeoMelt® en Europe, en partenariat avec la première organisation scientifique et technologique nucléaire du Royaume-Uni.
L'installation de l'usine GeoMelt® s'est composée de la nucléarisation et de l'assemblage de l'atelier de fusion et des sous-systèmes associés (alimentation électrique, contrôle de la pollution, contrôle de supervision et acquisition des données) dans le hall d'appareils actifs B170 du laboratoire central du NNL. La mise en service des systèmes qui s'est terminée en juin 2016 s'est composée de la réalisation d'une série de fusions non radioactives et radioactives grandeur nature visant à simuler les opérations de traitement des déchets.

 

En juin 2016, le NNL et Veolia Nuclear solutions ont réalisé avec succès la phase de mise en service radioactive et la commercialisation initiale de l'usine a impliqué le traitement des sols contaminés par la radioactivité de Hunterston A (centrale Magnox), Bradwell (centrale Magnox), Capenhurst (usine d'enrichissement d'uranium) et Sellafield.
 
« Je suis particulièrement impressionné par la simplicité du système, sachant qu'il offre une solution à tout un éventail de flux de déchets difficiles à traiter. La forme de déchets produits par GeoMelt® est excellente et devrait amplifier les attentes vis-à-vis de ce qui est réalisable »
Nick Hanigan, Directeur gestion des déchets du NNL
 
NNL et Veolia Nuclear Solutions ont été chargés par la NDA (Nuclear Decommissioning Agency, agence de démantèlement nucléaire) du Royaume-Uni d'une série de fusions pour démontrer le traitement d'une variété de flux de déchets. La première de ces fusions fut réalisée en décembre 2016, le plus gros de la campagne devant être réalisé en 2017.


> Pour en savoir plus sur la solution de stabilisation des déchets radioactifs
> Pour en savoir plus sur la technologie de vitrification GeoMelt